Résidences en cours

Artistes en résidence au CAIRN Centre d’art

Programme des résidences de recherche artistique :

  • Michel Giroud

Michel Giroud est un artiste sonore proche du mouvement Fluxus et un commissaire d’exposition. Durant cette résidence, Michel Giroud a été amené à construire une réflexion théorique qui réunit l’ensemble des actions menées par le centre d’art depuis son origine, encadré par le contexte territorial et dans la démarche de structures partenaires (le musée Gassendi et la Maison Alexandra David-Néel). Il a aussi été chargé du commissariat  de l’exposition Sonorités, prévue pour février-mars 2018. Par ailleurs, il sera l’auteur d’un texte critique sur l’exposition Mystik Esthetik Kommando, de Georges Autard (du 30 mars au 24 juin 2018), publié aux éditions Analogues.  

  • Alessandro Quaranta

Alessandro Quaranta est un artiste italien qui est très influencé par l’environnement qui l’entoure, et plus particulièrement les montagnes piémontaises, qui sont d’une certaine manière la continuité du territoire qui entoure Digne-les-Bains. Son travail s’intéresse aux paysages, à leur histoire visible à travers les signes créés par ses habitants, qui le traversent et l’animent. Au fil de ses projets, les habitants deviennent bien souvent eux-mêmes les acteurs de ces derniers. À la suite de cette résidence de recherche, l’artiste sera amené à produire une restitution publique de cette résidence sous la forme d’une conférence, d’une lecture, d’une performance ou d’un workshop.

Artistes en résidence liés à la production d’oeuvres sur le territoire :

  • Lara Almarcegui : printemps 2018-2019

Lara Almarcegui est née en 1972 à Saragosse, Espagne. Elle vit et travaille à Rotterdam, Pays-Bas. Le travail que Lara Almarcegui développe depuis près de vingt ans questionne la frontière entre le renouvellement et le déclin des villes, en cherchant à mettre en lumière des éléments du monde urbain qui échappent souvent au regard. D’une part, l’artiste s’intéresse à des espaces abandonnés, des structures en phase de transformation, en questionnant l’état actuel de construction, développement, usure et dégradation de zones périphériques. D’autre part, elle tente de décrypter les liens multiples qui existent entre architecture et urbanisme, en établissant un discours sur les différents éléments qui constituent la réalité physique d’un paysage urbain en constante transformation. Lara Almarcegui a représenté l’Espagne à la 55ème Biennale de Venise, en 2013, et à Biennale de Lyon, en 2017.

Pour plus d’informations cliquez > ici <