CAIRN Centre d’art

CAIRN Centre d’art

Le CAIRN est né en 2000 à l’initiative du Musée Gassendi et en collaboration avec l’UNESCO Géoparc de Haute-Provence.

Si le mot cairn désigne ces empilements de pierres que les marcheurs trouvent sur les sentiers pour signaler la direction à prendre ou alerter de la présence d’un danger, il est aussi l’acronyme fondateur de : Centre d’Art Informel de Recherche sur la Nature.

Le CAIRN centre d’art est un espace d’expérimentation autour d’une problématique aujourd’hui au cœur des débats, des inquiétudes et des mobilisations : la nature.

Depuis 20 ans le CAIRN privilégie l’invitation d’artistes qui questionnent notre rapport à la nature et en proposent une approche renouvelée : Mark Dion, Delphine Gigoux-Martin, herman de vries, Andy Goldsworthy, Richard Nonas, Till Roeskens…

Le centre d’art se développe à petite et à grande échelle : une salle d’exposition temporaire, un parcours ponctué de sculptures au cœur du parc Saint-Benoît (Musée Promenade – Art & Science) et une collection d’œuvres pérennes sur le territoire de l’UNESCO Géoparc de Haute-Provence (plus de 200 000 hectares).

Dans une approche interdisciplinaire qui relie l’art à la nature et aux spécificités du territoire, le CAIRN vise à s’affirmer comme un laboratoire artistique qui produit et diffuse la création contemporaine en milieu rural.

Situées dans les montagnes autour de Digne, les œuvres, produites par le CAIRN au fil des années, sont une invitation à la marche et à l’itinérance. Conçues en relation au contexte, disséminées près des villages ou le long des sentiers, elles invitent les visiteurs à découvrir autrement les paysages traversés offrant un autre point de vue sur les sites, l’histoire et les traditions locales.

Le CAIRN centre d’art accueille des artistes sur invitation, pour la production d’œuvres et d’expositions, et sur appel à candidature, pour une résidence de recherche.

Du printemps à l’automne, le CAIRN centre d’art propose des actions de médiations (visites d’exposition, accueil des scolaires, workshops, etc.) et des événements ponctuels (vernissage, conférences, rencontres avec les artistes, etc.)

Le CAIRN centre d’art fait partie de BOTOX(S), réseau d’art contemporain Alpes et Riviera, de d.c.a / association française de développement des centres d’art contemporain et du réseau ELAN (European Land Art Network) et il bénéficie du soutien financier du Ministère de la culture/DRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur, de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur ainsi que de la ville de Digne-les-Bains.

 

Le CAIRN centre d’art, à l’entrée du parc Saint-Benoît © François-Xavier Emery

 

L’oeuvre de Georges Autard au coeur du Parc Saint-Benoît : à la suite de son exposition au CAIRN centre d’art en 2018 l’artiste a voulu intégrer dans le parc ces colonnes en tissu flottant au ras du sol. À l’image des moulins à prières, elles tournent grâce au vent et vivent au contact des arbres et du ciel. Leur détérioration fait partie du processus à l’oeuvre…

 

à mes pieds, herman de vries, exposition au CAIRN centre d’art, 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Axé autour de l’art contemporain, le CAIRN centre d’art fait parti du service des musées de la Ville de Digne-les-Bains, un pôle muséal composé de deux autres départements :

Musée Gassendi /// Art & science
Ce musée de France fut fondé en 1889 dans un bâtiment historique du centre-ville. À l’image d’un cabinet de curiosités, la cohabitation de collections de beaux-arts et de sciences s’enrichit de la présence d’oeuvres d’art contemporain à la fois à l’intérieur des salles et sur un vaste territoire grâce à des commandes artistiques in situ, produites en partenariat avec le CAIRN Centre d’art.

Maison Alexandra David Néel /// Art asiatique & Maison d’écrivain
Alexandra David-Neel a passé 25 ans de sa vie en Asie, et elle fut la première femme européenne à se rendre à Lhassa, au Tibet. Mais ses voyages ne font pas d’elle qu’une exploratrice : ils nourrissent une oeuvre littéraire dense.
Née près de Paris, c’est à Digne-les-Bains qu’elle s’éteindra en 1969, léguant à la ville l’ensemble de ses biens. La Maison Alexandra David-Neel permet de visiter à la fois la villa de l’écrivain, son jardin ainsi que le musée qui retrace son parcours, ses engagements et ses voyages.