Marie-Ange Guilleminot

Du 12 octobre au 2 novembre 2020, le CAIRN a accueilli

Marie-Ange GUILLEMINOT

Marie-Ange Guilleminot, La Maison de Vie, résidence au CAIRN, octobre 2020, © Michel-Ange Seretti

À Digne, Marie-Ange Guilleminot souhaite mettre en œuvre un projet expérimental autour de La Maison de Vie.

La Maison de Vie est une réflexion sur l’habitat : concevoir un lieu à vivre « minimum /maximum » au service de celui qui l’habite. Un espace à la fois standard et sur mesure. L’oeuvre est conçue pour s’adapter et évoluer au gré de la vie de chacun. Ce projet est l’aboutissement et la synthèse d’expériences vécues. Il s’est nourri et construit à partir du travail accompli dans ma pratique d’artiste depuis 1991. L’oeuvre s’inscrit dans la vie : je parle de sculpture d’usage; par exemple Le Paravent se définit depuis 1997. Cette oeuvre, sans cesse enrichie, est une première approche pour La Maison de Vie… L’enjeu serait d’habiter poétiquement cette maison, au travers de gestes d’entretien ou de rituels pouvant être menés les yeux fermés. Comment trouver des formes dans l’espace auxquelles correspondraient des conduites, c’est-à-dire des formes dans le temps ? Quels objets, sous une forme sensible, énonceraient la relation corporelle et spirituelle, écologique et symbolique de l’homme avec le monde ?(cf. Eva Prouteau. Synopsis in Le Scénario de la Maison.) Est abordée la question du handicap et du soin. Chaque pièce de la Maison est re-définie par rapport à son usage jusque dans les moindres détails. L’ensemble des Sculptures-d’usage que j’ai créées depuis 1992 y ont leur place. Je conçois cette Maison comme une oeuvre pour y vivre, comme un lieu expérimental et en constante évolution. Ce projet va de pair avec mon activité d’artiste et il est en lien avec les expositions que je réalise. L’espace d’exposition est pour moi, avant tout, un lieu de rencontre et de recherche, lieu de vie où les oeuvres se définissent avec L’Autre pour dialoguer.

Extrait de la note d’intention de Marie Ange Guilleminot pour La maison de Vie.

Marie-Ange Guilleminot vit et travaille à Paris. Diplômée de la Villa Arson 1985, elle obtient en 1997 la mention d’honneur à la Biennale de Venise avec Le Salon de transformation. Elle est très présente sur la scène artistique internationale . Le Paravent, architecture nomade, depuis 1997 /Résidence à l’atelier Calder et exposition au musée des Beaux Arts de Calais en 2000 / Hiroshima City Museum of Contemporary Art, 2005 / Kyoto Art Center, 2006 / Centre Pompidou Paris, 2010 / Villa Savoye, Le Corbusier, Poissy, 2012… L’exposition Laps, à la Cité de la Céramique de Sèvres, présente en 2015 une rétrospective sur l’ensemble de son œuvre, puis Destine-moi une maison se déploie au Centre d’art La Chapelle Jeanne d’Arc, à Thouars en 2015 comme synthèse ou programme artistique de La Maison de Vie dont l’amorce est développée à la Maison Horta, à l’automne 2019.

Marie-Ange Guilleminot, champ de force pour La Maison de Vie, résidence au CAIRN,
octobre 2020 © Michel-Ange Seretti
Marie-Ange Guilleminot, frottage, résidence au CAIRN, octobre 2020
© Michel-Ange Seretti

Dans le contexte spécifique de l’année 2020 et en soutien à la création contemporaine, le CAIRN centre d’art a lancé un programme exceptionnel de résidences afin d’accueillir trois artistes pour des résidences de trois semaines.