Printemps 2020 – Artémis et Paul Armand Gette 50 ans de conversations

ARTÉMIS ET PAUL ARMAND GETTE

50 ANS DE CONVERSATIONS

Commissaire Blandine Chavanne

 

Exposition du 11 Avril au 30 Mai 2020

Vernissage le vendredi 10 Avril, à 18h

 

Paul Armand Gette est né à Lyon en 1927. Dans les années 60, après des intérêts scientifiques, il décide de se consacrer à des recherches qu’il situe dans l’espace de l’art. Cet artiste inclassable se joue des étiquettes : toute son œuvre brouille les limites entre sciences naturelles, littérature, poésie, mythologie et histoire de l’art.

L’exposition Artémis et Paul Armand Gette, 50 ans de conversations est un projet de rétrospective autour de la démarche de cet artiste qui a noué une relation féconde avec le territoire dignois et le centre d’art depuis près de 15 ans.

Le fil conducteur de la rétrospective est Artémis déesse de la chasse et de la nature vierge.
L’exploration de cette figure conduit Paul Armand Gette de l’antiquité à Cranach, Watteau, Duchamp, etc. L’artiste s’attachera à revisiter la cascade du Saut de la Pie, 8ème étape du parcours de la vallée du Bès*. Une section de l’exposition sera consacrée aux Théophanies d’Artémis mais aussi à l’aspect botanique avec le chêne – un des arbres voué à Artémis- et aux espèces Artemisia vulgaris et maritima.

Le jour de l’inauguration, Paul Armand Gette proposera une lecture/ célébration L’aurore se lève avec Wenjue Zhang dans le rôle d’Artémis et Hervé Passamar au saxophone.

 

* En 2012, dans le cadre de la Route de l’art contemporain VIAPAC, Paul Armand Gette emploie le 0m pour ponctuer le parcours Des cheveux de Vénus aux Splendeurs de la Nuit, proposition transectale de Digne à Auzet et vice-versa. Ses études intitulées « transect » commencent dès 1974. Fasciné par ce procédé, il l’utilise scrupuleusement comme « un cadeau de la science à l’art » (Paul Armand Gette).
Avec cette œuvre, il propose aux visiteur·euse·s une excursion dans la vallée du Bès, le long d’un transect sur lequel il a sélectionné neuf stations, points d’observations sur le paysage marqués par un panneau 0m qui souligne le commencement. Ce parcours est accompagné d’un livre** dont les textes écrits par l’artiste apportent une lecture poétique des lieux de la Vallée du Bès, soulignant que les savant·e·s ne sont pas moins poètes que les artistes.

** Des cheveux de Vénus aux Splendeurs de la Nuit, proposition transectale de Digne à Auzet et vice-versa, éditions Yellow Now en partenariat avec le Musée Gassendi et la Réserve naturelle géologique de Haute-Provence, 2011.

 

La femme moderne, Bénédicte en Artémis

 

La cascade du Saut de la Pie. Le clin d’œil à la fois aux sources de Cranach et à la chute d’eau de Marcel Duchamp